Le PRP un soin très demandé : Historique, action et efficacité
5 (100%) 5 votes

En matière de médecine esthétique, ce ne sont pas les pratiques qui manquent. Parmi lesquelles se retrouvent le PRP ou Plasma Riche en Plaquettes. Il s’agit d’un acte de médecine esthétique 100% naturel et biocompatible. En effet, le PRP est prélevé du patient lui-même et le risque d’incompatibilité est quasi nul. Plus de détails sur ce traitement à visée esthétique.

Historique du PRP

C’est dans les années 70 que ce le PRP a été développé. En 1987, il a été utilisé en Italie dans le cadre d’une chirurgie à cœur ouvert. La pratique n’a pas attendu longtemps pour gagner en popularité. Depuis 1990, elle est exploitée dans de nombreuses disciplines médicales notamment la dentisterie, la chirurgie esthétique, la gestion de la douleur ou encore la médecine du sport. Il est important de noter que les PRP ont permis d’obtenir les dérivés de sang utilisés en hématologie. Ces éléments permettent de prévenir ou encore de traiter des hémorragies dues aux thrombopénies.

Par ailleurs, les concentrés plaquettaires ont également été utilisés comme adjuvants chirurgicaux et aussi en traumatologie du  sport. Ce sont les fameux PRP que l’on connait aujourd’hui. À noter que le PRP ont plusieurs dénominations ente notamment CPRP, sang autologue ou encore PRGF.

Pour revenir à la première utilisation des concentrés plaquettaires autologues, il est important de rappeler que dans les années 70, les médecins les utilisaient en chirurgie maxillo-faciale. Dans les années 80, les concentrés plaquettaires autologues se retrouvaient dans le cadre du traitement des ulcères cutanés. Jusqu’à ce jour, le PRP est exploité dans de nombreux pays aussi bien dans la médecine générale que dans le domaine de la médecine esthétique.

Mécanisme d’action du PRP

Le PRP garantit des mécanismes naturels de cicatrisation chez un patient en cas de lésion vasculaire. Dans le cadre d’une cicatrisation, ses actions sont multiples notamment l’agrégation et l’activation plaquettaire ou encore la stabilisation de la fibrine.

Le traitement par PRP consiste à reproduire les mécanismes de cicatrisation et de régénération tissulaire en effectuant une injection dans le tissu. Il peut s’agir du tissu du tendon, du muscle, du ligament, de la peau, de l’os ou encore de l’articulation.

Pour obtenir du PRP, il faut commencer par faire un prélèvement sanguin qui est centrifugé afin de séparer le plasma pauvre en plaquette des plasmas riches en plaquettes et en fibrinogène. Grâce au séparateur cellulaire, la concentration en plaquettes et en facteurs de croissance est augmentée.

Il faut noter que le PRP a des propriétés bactériostatiques. Nombre de professeurs l’ont confirmé.

Son efficacité

Le PRP est particulièrement efficace notamment en médecine esthétique. En effet, il permet de revitaliser, de régénérer, de rajeunir ou encore de réparer. Les résultats sont impressionnants après seulement 2 ou 3 mois d’injection. Grâce à ses actions, le PRP permet de rendre la peau plus douce et plus rose grâce à une meilleure vascularisation. Les cernes s’effacent et les rides et ridules s’estompent. Certes, le PRP offre de nombreux avantages en médecine générale, mais c’est en médecine esthétique que les résultats sont plus fragrants.